UBB : « D’habitude le dimanche soir, je regarde le PSG. Là, on va regarder Bordeaux ! », se réjouit Christophe Urios

RUGBY Malgré son excellent début de saison, l’UBB a du mal à retrouver les très bonnes affluences du passé au stade Chaban-Delmas

C.C.

— 

Christophe Urios, le manager de l'UBB.
Christophe Urios, le manager de l'UBB. — NICOLAS TUCAT / AFP
  • L’Union Bordeaux-Bègles reçoit Clermont ce dimanche soir pour un nouveau choc du Top 14.
  • Déçu des affluences des premiers matchs, Christophe Urios appelle le public à se mobiliser derrière son équipe.

C’est peut-être le seul petit point noir de ce début de saison à l’UBB. Malgré de très bons résultats (quatre victoires, un nul, une défaite) et une deuxième place au classement du Top 14, l’Union Bordeaux-Bègles n’arrive pas à retrouver son public. Le club a régulièrement du mal à franchir la barre des 20.000 spectateurs alors qu’il bouclait il y a encore quelque temps des saisons à 25.000 spectateurs de moyenne.

Et cette saison, il n’y a pour l’instant d’emballement :

  • Toulouse : 24.000
  • Toulon : 17.000
  • Paris : 18.000
L'UBB ne fait plus vraiment recette au stade Chaban-Delmas.
L'UBB ne fait plus vraiment recette au stade Chaban-Delmas. - NICOLAS TUCAT / AFP

Des affluences qui ont « déçu » Christophe Urios. Le manager de l’UBB pense en effet que son équipe mérite mieux : « Cette équipe ne triche pas, elle se bat ! Je crois qu’on est en train de montrer que l’on sait jouer au rugby et je pense que cette équipe, elle a besoin d’être soutenue. »

Ce mercredi en bon capitaine de bord, Christophe a donc lancé un appel au public bordelais et girondin avant le match contre Clermont, dimanche (21h) : « J’espère qu’il y aura du monde car on a un match très difficile qui nous attend face à l’ASM. Je sais, on joue un dimanche soir, ce n’est pas facile mais bon, on peut faire des écarts parfois (sourires) ! »

Et bien sûr en excellent communicant qu’il est, Christophe Urios sait comment convaincre les indécis :

« Jouer le dimanche soir [en prime time], c’est la classe quoi ! Moi, je l’ai jamais fait. D’habitude, je regarde le PSG (rires) ! Là, on va regarder Bordeaux, putain ! C’est la classe ! C’est bien pour la ville de Bordeaux, pour les gens qui aiment le rugby ici, c’est pour ça que ce serait bien qu’ils viennent au stade. J’aimerais vraiment que ce soit plein et que Chaban chante ! »

Ce jeudi matin, l’Union Bordeaux-Bègles affirme à 20 Minutes se rapprochait des 20.000 billets vendus pour ce choc entre le deuxième et le quatrième du Top 14.