Grève du 5 décembre : Travail, transports, garde d’enfants, rendez-vous médicaux… Comment faire pour s’en sortir ?

MOBILISATION « 20 Minutes » vous donne toutes les solutions pour survivre le 5 décembre, jour de mobilisation contre le projet de réforme des retraites du gouvernement

Manon Aublanc

— 

Transports, écoles, hôpitaux, police... Une grève interprofessionnelle est prévue le 5 décembre 2019.
Transports, écoles, hôpitaux, police... Une grève interprofessionnelle est prévue le 5 décembre 2019. — Fred TANNEAU / AFP
  • Transports, écoles, hôpitaux, commissariats… Une manifestation interprofessionnelle, contre la réforme des retraites, risque de paralyser le pays jeudi 5 décembre.
  • Les syndicats s’opposent à la fusion des 42 régimes de retraite existants en un système « universel » par points.
  • La date choisie coïncide avec une forte mobilisation organisée le même jour en 1995, au milieu d’un mouvement historique, et qui avait poussé Alain Juppé, alors Premier ministre, à faire des concessions sur les retraites.

Transports en commun, TGV, écoles, commissariats, hôpitaux, pompiers… La liste des secteurs à l’arrêt le 5 décembre est encore longueLa grève interprofessionnelle contre la réforme des retraites, qui s’annonce très suivie, pourrait paralyser le pays.

Comment s’organiser pour travailler ? Quelles solutions pour se déplacer ? Comment faire garder ses enfants ? Que faire si vous avez un rendez-vous à l’hôpital ? 20 Minutes vous donne les clés pour vous organiser au mieux à l’approche de ce « jeudi noir ».

La galère des transports

Les usagers des transports en commun devront s’armer de patience. À la suite d’un préavis de grève illimité de l’ensemble des organisations syndicales représentatives, la RATP prévoit « un trafic fortement perturbé » sur les métros, les trams et les bus, ce jeudi. Le groupe donnera ses prévisions de trafic dès mardi après-midi, soit 48 heures avant le début du mouvement. Côté SNCF, un appel à un mouvement illimité a été déposé par la CGT-Cheminots, l’Unsa ferroviaire et SUD-Rail. Les prévisions seront également disponibles mardi, en fin de journée, sur le site de la SNCF.

Pour éviter le chaos dans les gares et dans les trains, la SNCF a d'ores et déjà bloqué les réservations pour tous les TGV inOui, Ouigo et Intercités entre le 5 et le 8 décembre. Pour les petits trajets, plusieurs alternatives s’offrent aux travailleurs qui doivent absolument se rendre sur leur lieu de travail. Vélos, trottinettes et scooters en free-floating, covoiturage, VTC ou encore voitures en auto-partage, la RATP a noué des partenariats avec une trentaine d'entreprises de mobilités pour proposer des tarifs préférentiels aux Franciliens. Pour les trajets plus long, la société d’autocar Flixbus a annoncé la mise en place de cars supplémentaires sur les grands axes, notamment entre Paris et Lyon.

Côté aérien, trois syndicats d'Air France, particulièrement implantés auprès du personnel au sol, ont déposé des préavis. Chez les contrôleurs aériens, l’USAC-CGT, deuxième syndicat, a appelé à la grève, ce qui pourrait engendrer retards ou annulations de vols. Selon la législation, les passagers peuvent se faire indemniser si la grève est interne à la compagnie aérienne, c’est-à-dire aux pilotes, au personnel navigant et au personnel au sol. A l’inverse, si la grève est externe à la compagnie aérienne, c’est-à-dire si elle concerne les contrôleurs aériens, le personnel de l’aéroport, les douanes, les aiguilleurs du ciel, les passagers ne pourront pas être indemnisés.

Comment s’organiser au travail ?

Télétravail, congé, RTT… Des solutions alternatives sont possibles. Dans certains secteurs, les employés pourront faire du télétravail pour s'éviter la galère des transports. Si la possibilité de télétravailler n’est pas inscrite dans l’accord collectif ou la charte de votre entreprise, un accord par courrier ou par mail peut être conclu entre l’employeur et le salarié pour fixer les modalités. Si l’employeur ne peut pas imposer le télétravail, il ne peut pas non plus le refuser, sans justification.

Ceux dont le métier n’est pas envisageable en télétravail peuvent demander un jour de congé ou poser une RTT. L’employeur n’a pas l’obligation d’accepter, et à l’inverse, les entreprises ne peuvent pas obliger les salariés à se mettre en congé.

Des écoles aux portes fermées

Craignant d’être les grands perdants de la réforme des retraites, les enseignants des écoles, des collèges et des lycées devraient être nombreux à se mobiliser, ce jeudi. La plupart des syndicats (Snes-FSU, Snuipp-FSU, le SE-Unsa, le Snalc, Solidaires…) ont appelé les quelque 900.000 enseignants des premier et second degrés à la grève. Selon Francette Popineau, secrétaire générale du Snuipp-FSU, 10 à 20 % des écoles annoncent déjà qu’elles seront fermées le 5 décembre, et 60 % d’enseignants seront grévistes. Si les enseignants des collèges et lycées n’ont pas l’obligation de prévenir leur hiérarchie, les instituteurs, eux, doivent annoncer leur intention de faire grève 48 heures avant.

Les enfants seront-ils accueillis dans les établissements scolaires ? Depuis 2007, la loi oblige les mairies à assurer un service minimum d’accueil pour les enfants de maternelle et de primaire si le taux prévisionnel de grévistes est supérieur ou égal à 25 %. Mais dans les faits, la situation risque d’être plus compliquée. La grève nationale concernant également les fonctionnaires territoriaux, certaines villes pourraient ne pas être en mesure d’assurer un service minimum d’accueil. La situation pourrait être « très compliquée car il y aura des grévistes également du côté des personnels non enseignants (Atsem), personnels de cantine et aussi des transports », a ajouté Francette Popineau.

Pour les élèves de collèges et de lycées, les établissements scolaires ont une « obligation d’accueil », en permanence ou dans le cours d’un autre professeur. Du côté des tout-petits, de nombreuses crèches et assistantes maternelles pourraient également faire grève, ce jeudi. Appels d’urgence aux grands-parents, entraide entre les parents d’élèves, nounou prise sur le fil… Pour tenter de s’organiser au mieux, nombreux sont les parents qui ont déjà pris les choses en main.

Certaines opérations non-urgentes reportées dans les hôpitaux

Dans un contexte de grève des urgences qui dure depuis huit mois, la CGT, FO, SUD et le collectif Inter-Urgences ont appelé à la grève, ce jeudi, mais la date ne fait pas l’unanimité dans le secteur où une journée d’action spécifique est programmée le 17 décembre. Le nombre de grévistes ne sera connu que jeudi, le personnel hospitalier pouvant se déclarer le jour même.

Si les hôpitaux ont l’obligation d’assurer un service minimum en cas de grève, certains examens et certaines opérations non-urgentes pourraient être reportés. Si la plupart des hôpitaux préviennent généralement les patients en cas d’annulation, on vous conseille de vérifier que votre rendez-vous est bien maintenu.

Les policiers et les pompiers mobilisés

Fermeture symbolique des commissariats, refus de rédiger des PV, contrôles renforcés aux aéroports et aux péages… Ce jeudi, de 10 heures à 15 heures, les policiers se mobiliseront contre la réforme des retraites, à l'initiative des syndicats Alliance et Unsa. Pas question pour autant de rejoindre les cortèges de manifestants, a affirmé le secrétaire général d’Alliance Fabien Vanhemelryck, expliquant qu’il s’agissait pour les policiers de « manifester autrement ». En revanche, le syndicat prévient d’ores et déjà que les policiers pourraient rejoindre le cortège si le mouvement de grève était reconduit les jours suivants : « Nous sommes des gens responsables. Le maintien de l’ordre sera fait par nos collègues le 5 décembre prochain, mais après peut-être ne répondront-ils pas de la même façon », poursuit Fabien Vanhemelryck.

Du côté des pompiers, la mobilisation va durer toute la semaine. Du lundi 2 au vendredi 6 décembre, à l’appel du syndicat Sud-Sdis, une centaine de pompiers va occuper la place de la République à Paris. En plus de la réforme des retraites, les soldats du feu dénoncent le manque d’effectif et les problèmes d’insécurité de plus en plus fréquents en intervention.

Les autres organisations qui forment l’intersyndicale des pompiers appellent à rejoindre les cortèges de jeudi contre la réforme des retraites. Pas de panique cependant, les policiers et les pompiers sont tenus, par la loi, d’assurer un service minimum.