Belgique : Une femme frappée dans une pub pour un burger, politiques et internautes s’insurgent

BAD BUZZ Diffusée en Belgique et sur les réseaux sociaux, la pub a été jugée « nauséabonde » et « irresponsable »

20 Minutes avec agences

— 

Un hamburger. Image d'illustration.
Un hamburger. Image d'illustration. — VIDAL/ISOPIX/SIPA

Quelque 300 plaintes ont été recensées depuis ce mardi par la direction du Conseil de la publicité, l’organe disciplinaire du secteur en Belgique. Au cœur du tollé : une publicité qui met en scène une femme frappée par un homme, mécontent du hamburger que celle-ci lui apporte.

Posté sur Facebook, le visuel incriminé, qui emprunte à la BD et au pop art américain des années 1950, montre un homme en costume cravate décochant un coup de poing au visage d’une femme blonde, qui vacille sous la violence du geste. « Sérieux, un faux Bicky ? », dit l’homme pour justifier son geste. L’annonceur explique, au-dessus de l’image, que seule la bonne couleur de boîte permet de s’assurer qu’il s’agit du « véritable Bicky », un steak cuit dans la friture et prisé des Belges amateurs de junk-food.

Un « hamburger à vomir »

Ce mercredi, tous les médias belges se faisaient l’écho de la polémique. La publicité, rapidement retirée de Facebook, restait visible dans les commentaires et publications de nombreux internautes. « Bicky, hamburger à vomir », commente le journal Le Soir. « Tous les dix jours, un homme tue sa femme, ou son ex. Et tous les jours, certaines se font humilier, violer, tabasser », ajoute l’auteur du billet d’humeur, faisant part de sa « rage ».

Nawal Ben Hamou et Christie Morreale, les ministres de l’Egalité des chances respectivement à la région Bruxelles-Capitale et en Wallonie, ont annoncé avoir saisi l’organe disciplinaire de la publicité. L’annonceur identifié, Izico, devrait être amené à s’expliquer et une sanction pourrait être décidée dans plusieurs semaines.