C'est l'heure du BIM : Homophobie dans les stades, livre de Tariq Ramadan et bon boulot des Bleus

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu'il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d'information matinal (BIM)...

M.C.

— 

Un arbitre de football donne un carton rouge (illustration).
Un arbitre de football donne un carton rouge (illustration). — GIUSEPPE CACACE / AFP

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

Chants à caractère homophobe : Emmanuel Macron appelle au « discernement »

On appelle ça siffler la fin de la récré. Emmanuel Macron a appelé, mardi, à la fois à la « clarté » et au « discernement » concernant l’homophobie dans le football, souhaitant que « tout le monde travaille ensemble » sans « fausses polémiques », alors qu’une controverse oppose la ministre des Sports au président de la fédération. Le sport incarnant « les valeurs de concorde de notre pays (…), il faut avoir une clarté sur les principes et du discernement dans l’application, que tout le monde travaille ensemble, il ne faut pas créer de fausses polémiques », a-t-il réagi, interrogé par la presse à la sortie d’un débat sur la lutte contre la pauvreté à Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne).

La sortie du livre de Tariq Ramadan contenant le nom d’une de ses accusatrices est autorisée

La justice a autorisé la sortie, mercredi, d’un livre de l’islamologue suisse Tariq Ramadan, contre la volonté d’une des femmes qui l’accuse de viol et qui dénonçait la mention de son vrai nom dans l’ouvrage. Dans sa décision, le tribunal de grande instance de Paris a considéré que l’identité de cette plaignante avait déjà été rendue publique et que sa demande « porterait une atteinte excessive et disproportionnée à la liberté d’expression » de Tariq Ramadan, selon le jugement dont l’AFP a eu connaissance. Il reconnaît toutefois que cette femme a subi un préjudice du fait de la diffusion de son nom sans son consentement et condamne l’intellectuel musulman à lui verser un euro symbolique.

France-Andorre : Les Bleus ont fait le boulot (sans trop forcer non plus, c’est la rentrée)

Une affaire qui marche. Trois jours après avoir désossé l’Albanie à Saint-Denis, l’équipe de France a mis plus de rigueur que de génie pour liquider les Andorrans, mais cela a largement suffi pour nous faire passer une agréable soirée. Bien calés en tête de peloton, les Bleus auront l’occasion de presque valider leur qualification pour l’Euro le mois prochain.