Municipales 2020 : A 19 ans, Audry Le Page veut devenir le plus jeune maire de France

MUNICIPALES Étudiant en droit à Quimper, le jeune homme sera tête de liste dans sa commune de Landrévarzec

Jérôme Gicquel

— 

A 19 ans et six mois, Audry Le Page veut conquérir la maire de Landrévarzec dans le Finistère.
A 19 ans et six mois, Audry Le Page veut conquérir la maire de Landrévarzec dans le Finistère. — Audry Le Page
  • Agé de 19 ans et six mois, Audry Le Page sera l’un des plus jeunes candidats aux élections municipales.
  • Il sera tête de liste à Landrévarzec dans le Finistère.
  • Souhaitant former une union des gauches, il entend mettre l’accent pendant la campagne sur l’écologie et les solidarités.

Il sera assurément l’un des plus jeunes candidats aux élections municipales l’an prochain. Et peut-être même le plus jeune maire de France si les habitants de Landrévarzec (Finistère) lui apportent leur soutien en mars. A 19 ans et six mois, Audry Le Page se lance dans la bataille des municipales. Un challenge un peu dingue pour cet étudiant, inscrit en deuxième année de droit à Quimper, qui n’avait pas l’âge de voter il y a encore dix-huit mois.

Mais il l’assure, sa décision, prise à la fin de l’été, n’a rien d’un coup de tête. « Ce choix peut paraître bizarre en effet, certains vont penser que je suis trop jeune et encore immature, indique-t-il. Mais c’est une décision mûrement réfléchie ». A l’aube de ses 20 ans, le jeune homme, non encarté, est convaincu que les jeunes ont toute leur place dans la politique locale et qu’un renouveau est possible dans cette commune de 2.000 habitants.

L’écologie et les solidarités dans son programme

Avec sa liste « Landrévarzec, l’avenir ensemble », Audry Le Page veut brasser large, et pas seulement les jeunes, et former « une union des gauches ». Son programme s’articulera ainsi autour des thèmes de l’écologie, des solidarités et de la redynamisation de la commune qui souffre, selon lui, de son image de « cité-dortoir ». En mars, le jeune homme aura face à lui au moins deux candidats, le maire sortant Hervé Trellu et le chef de file de l’opposition Paul Boédec.

Et même s’il ne se rêve pas en maire tous les matins en se rasant, Audry Le Page a déjà sa petite idée sur la fonction. « Ce n’est qu’un statut mais c’est avec toute l’équipe municipale, notamment l’opposition, qu’on peut faire avancer les choses », souligne-t-il. S’il enfile l’écharpe en mars, il a d’ailleurs prévu de revoir les indemnités versées aux conseillers municipaux et de verser la même somme à la majorité et à l’opposition.