Iran : Trois Australiens emprisonnés à Téhéran

DIPLOMATIE Deux femmes et un homme s’ajoutent à la liste des Occidentaux et Occidentales emprisonnées depuis le début de la crise entre l’Iran et les Etats-Unis

20 Minutes avec AFP

— 

Le drapeau iranien, des une rue de Téhéran, la capitale. (illustration)
Le drapeau iranien, des une rue de Téhéran, la capitale. (illustration) — ATTA KENARE / AFP

Trois citoyens et citoyennes australiennes ont été arrêtées en Iran, a indiqué mercredi le gouvernement australien, une annonce qui intervient après une série d’arrestations d’Occidentaux et d’Occidentales par Téhéran. « Le ministère des Affaires étrangères et du Commerce fournit une assistance consulaire aux familles de trois Australiens détenus en Iran », a déclaré un porte-parole du gouvernement, sans donner d’autres précisions pour des raisons de confidentialité.

Le quotidien britannique The Times avait auparavant rapporté que deux femmes, ayant la double nationalité australienne et britannique, étaient détenues à la prison d’Evin à Téhéran. Selon la télévision publique australienne ABC, le compagnon australien d’une de ces femmes a également été arrêté. Une de ces femmes pourrait être détenue depuis un an. A ce stade, il n’a pas été précisé si des charges ont été retenues à l’encontre de ces trois Australiens et Australiennes.

Un moyen de pression

L’annonce de ces arrestations intervient après que le Premier ministre australien Scott Morrisson eut annoncé, en août, une « modeste » contribution de son pays à la mission aéronavale menée par les Etats-Unis, le Royaume-Uni et Bahreïn pour protéger les navires marchands dans le détroit stratégique d’Ormuz, après une série d’attaques de tankers dans la région.

Plusieurs étrangers et étrangères, en majorité des personnes binationales, sont actuellement emprisonnées en Iran. Ces détentions sont un moyen de pression pour Téhéran dans un contexte de dégradation des relations entre l’Iran et les pays occidentaux après le retrait unilatéral américain de l’accord nucléaire de 2015.